L’étiquette, un puissant outil marketing

La qualité de votre étiquette : un élément déterminant

La qualité de votre étiquette est un indispensable et son positionnement sur vos contenants est primordial : bien collée (sans bulles, sans plis, droite, alignée…), elle est un atout pour votre produit. Cette qualité dépend de l’épaisseur, de la taille, de la matière du support (papier, polypro…).
Toutes ces variables d’adhésion permettent aussi d’éviter que l’étiquette ne soit déchirée, arrachée ou encore décollée. Si un problème intervient lors de l’étiquetage des bouteilles, le produit devra être réétiqueté pour éviter qu’il ne soit non éligible à la vente. Conclusion, perte de temps et/ou d’argent.

L’étiquette adhésive, le choix Mecamarc.

Cette étiquette reste pratique et adaptée à de nombreuses surfaces.
Elle peut être collée à l’aide d’une étiqueteuse (manuelle, semi-automatique ou automatique) et vous faire gagner un temps précieux. Dernièrement, les imprimeurs ont conçu des adhésifs lavables permettant de récupérer facilement les contenants et de s’adapter à un contexte grandissant de développement durable (retrait sans résidus).

L’étiquette, premier contact avec vos clients.

Lors de son achat, le client a tendance à se référer à ses sens primitifs (toucher, ouïe, odorat, vue et goût). Au marché, l’ouïe, la vue et l’odorat sont à l’honneur. En GMS ou magasins spécialisés le client n’a plus que la vue. L’ouïe est brouillée par des interférences sonores, l’odorat ne fonctionne pas (produits emballés) et le toucher est limité. Quant au goût, il est parfois difficile de gouter avant d’acheter…

Il est donc d’une importance primordiale que vos étiquettes soient impeccablement collées : sans plis, sans bulles, centrées, rapport équilibré entre l’étiquette et la contre étiquette…
En un seul coup d’œil, le consommateur voit un ensemble qui saura le motiver à prendre votre produit, plutôt que celui de vos concurrents. En d’autres termes, votre étiquette est votre plus grand atout dans la commercialisation de vos produits. Travailler vos étiquettes, c’est avant tout travailler votre image. Ne pas oublier que l’étiquette est le deuxième déclencheur de vente derrière le prix.

Le design de vos étiquettes fera d’un « morceau de papier » une référence : si les clients ne la trouvent pas à leur goût, que le produit soit bon ou pas, ils n’achèteront pas. Comme tout support de communication, elle doit refléter la qualité de vos produits, votre positionnement et vos valeurs. Vaste mission pour un si petit visuel. En plus d’y noter les informations de rigueur, veillez à bien vous différencier de vos concurrents. Vous y afficherez clairement votre image de marque pour que l’on sache en un clin d’œil que c’est vous, et rien que vous que l’on doit prendre en rayon.

Une étiquette de qualité, au design attractif et bien posée va inciter à l’achat, même sans avoir gouter le produit. Le consommateur se laissera influencer.
Beaucoup de marques (bières, vins, spiritueux…) privilégient ainsi une création originale et différenciante de leurs étiquettes pour convaincre à l’achat.
Il faut donc miser sur la création. Beaucoup d’agence de communication peuvent vous proposer leurs services, mais il faut retenir que votre création doit être différente, différenciante et influente.

Attention

Attention aux consommateurs les plus avisés : ils vont analyser votre produit dans le moindre détail. Votre étiquette est le reflet de votre image mais aussi une preuve de transparence. Il faut convaincre que votre produit est meilleur que votre concurrent.
Une étiquette où tout est inscrit (ingrédient, méthode de fabrication, localisation) rassure le client dans son achat.
Les informations réglementaires accompagnées d’informations sur le produit seront des atouts dans la vente. Il existe en effet de nombreuses règlementations à respecter et des mentions à y faire apparaître.

Dans le secteur du vin, plusieurs paramètres sont obligatoires en Union européenne. Par le biais de votre étiquette, le consommateur devra savoir qui produit, embouteille ou commercialise le vin, son origine, sa dénomination, la quantité du contenu, mais aussi le pourcentage d’alcool s’il est supérieur à 1.2%, et le pictogramme « Déconseillé aux femmes enceintes. ». Le producteur est ensuite libre de compléter les informations sur l’étiquette, notamment avec le nom du cépage, l’année ou le type de vin.

En conclusion, vos étiquettes sont de bonne qualité, vos bouteilles sont étiquetées correctement et votre création est attrayante : vous réunissez tous les ingrédients pour faire de votre démarche marketing, un atout lors de vos futures ventes !

Sources :
L’étiquette, outil marketing
L’étiquette, un élément indispensable